Toggle Dark Mode

La classification en tier et l'évolution d'un metagame

La classification en tier

Une manière totalement différente de vouloir classer les decks est de les échelonner par puissance au sein du format. Voici le vocabulaire pour cela.

« Tier » signifie échelon en anglais, et n'a donc aucun rapport avec la fraction 1/3. Cette confusion est d'autant plus grande chez les joueurs français car les decks sont habituellement classés en trois tiers.

Il existe également des decks hors metagame que l'on appelle communément les decks fun ou casual et il arrive de rajouter un « tier 1.5 » lorsque le metagame est très riche et que l'on retrouve une différence de niveau au sein des decks tier 2.

Donc ça c'est la théorie, dans la pratique, pour classer les différents archétypes, on regarde simplement leur représentativité dans les top des tournois. Ceux qui gagneront le plus de tournois seront appelés les tier 1 et ainsi de suite.

Une matrice des matchup pour simuler des tournois

L'objectif de cette section est de mettre à disposition un outil qui permet de pousser le propos encore plus loin. Les macrotypes d'un format sont censés s'équilibrer, il en est de même pour les catégories ou les archétypes. Il n'est plus question d'une simple flèche mais d'un graphe de probabilité complet où on indiquera sur chaque branche la probabilité qu'un deck a de gagner contre un autre.

Construire un tel graphe demande soit une très bonne connaissance du format que l'on considère, soit — et c'est mieux — d'avoir une grosse base de données à disposition. Dans tout les cas, les probabilités seront forcément des estimations, ce sera d'ailleurs la principale source d'erreur. Construire ce graphe revient finalement à construire une matrice, c'est à dire un tableau, où est inscrite la probabilité qu'un archétype ou qu'une catégorie a de gagner contre une autre, avec une probabilité de 0,5 pour les miroirs.

Ci-dessous se trouve une matrice des matchups d'archétypes Modern collectés sur les GP de Las Vegas, Sao Paulo et Barcelone en 2018 qui ont été postés sur twitter/reddit :

Cette martice sert ni plus ni moins à simuler des tournois et par la suite à identifier les meilleurs decks du format, le tier 1. Pour ce faire, voici les données de base :

D'après la matrice ci-dessus, en considérant que chaque archétype est joué en proportion égale, seuls 6 archétypes ont une probabilité supérieure à 1/18 (0,055) de gagner un tournoi de dix rondes. Dans l'ordre : UW Control (0,20), KCI (0,11), Counters Coco (0,10), Humans (0,08), Hollow One (0,06) et Grixis Shadows (0,06).

Cette matrice donne en effet des résultats particulièrement bons concernant UW Control qui semble dominer le format étudié. Voici la matrice établie en partant de la proportion dans lesquelle ces différents decks ont été joués lors des trois GP de Vegas, Sao Paulo et Barcelone.

Le résultat obtenu place UW Control de nouveau en tête avec une probabilité de victoire relativement proche (0,18) malgré une proportion de UW Control au départ plus faible.

L'évolution d'un metagame serait-elle prédictible ?

En jouant sur la proportion de chaque archétype au départ, serait-il possible d'anticiper l'évolution d'un metagame dans le temps ? Même si cela semble être la méthode à adopter, cette entreprise semble vouée à l'échec sur le moyen voire le long terme.

Tout d'abord, il faut considérer que la proportion de chaque deck lors des tournois ne dépend que de la faculté que ces decks ont de gagner des tournois et que le capital sympathie qu'ils peuvent avoir ne rentre pas en ligne de compte. Il s'agit d'un contexte compétitif à grande échelle qui dépasse la dynamique des tournois locaux.

On obtient, à ce moment-là, un système dynamique discret où l'on assimile le metagame à un instant T à la proportion dans laquelle les archétypes seront joués à l'instant T+1. Ce système revient exactement au même qu'augmenter le nombre de rondes d'un tournoi.

Il y a, cependant, plusieurs problèmes derrière cette méthode :

  1. Nous avons ici un système dynamique qui a de bonnes chances d'être chaotique, c'est-à-dire que des écarts sur les valeurs initiales ou sur la matrice de départ peuvent entraîner des résultats très différents à l'arrivée (les valeurs de la matrice de départ sont déjà des approximations !) ;
  2. En réalité, la matrice de matchup dépend elle aussi de l'instant T ! En effet, lorsque le metagame évolue les listes de deck et en particulier les réserves s'adaptent, pouvant changer grandement les valeurs de la matrice. Ce problème était totalement absent lorsqu'un unique tournoi était pris en compte ;
  3. Cette méthode délaisse totalement la possibilité qu'un nouveau deck ou même un rogue deck que nous avions ignoré jusque-là fasse son entrée dans le metagame.

Finalement, l'apparente domination de UW Control dans le format Modern telle qu'étudiée sur les GP en 2018 n'est pas forcément synonyme d'une domination future de cet archétype. Cela dépendra de la faculté des autres archétypes à réagir à cette menace et à s'y adapter en modifiant notamment leur réserve.

Des outils à disposition

Voici de quoi exploiter des matrices de matchup et créer des graphiques : un fichier pour des matrices de taille inférieure à 8 et un autre pour des matrices pouvant aller jusqu'à une taille de 20.

Il est possible d'éditer directement en ligne toutes les cases jaunes, les calculs sont automatiques. Il est conseillé de télécharger ces fichiers au format excel ou open-office pour les utiliser.

Cette méthode n'est pas compatible sur le long terme avec le regroupement d'archétypes. Cela crée des matrices de taille conséquente avec autant de valeurs que de sources d'erreurs possibles. Dans son article de 2017 intitulé Updating The Guide to Every matchup In Modern, Ari Lax propose justement de travailler avec les catégories de decks pour faire une matrice de matchup. La définition donnée à chacune de ses catégories par Ari Lax ne correspond pas systématiquement à celle présentée dans cet article. Voici la matrice qu'il a proposée pour le metagame Modern en 2017 :

Il reste à définir les pourcentages qui correspondent à des matchups Bon et Excellent. Voici un document qui permet de personnaliser la matrice ci-dessus :

L'analyse de cette matrice montre qu'en fonction des valeurs données, on trouve quatre catégories prédominantes : Creature Combo, Big Mana, Blue Midrange et Toolbox. Il est possible que le manque de précision sur les valeurs de la matrice et les regroupement de decks dans la même catégorie tel que Affinity, Burn et Lantern Control dans Aggro Linéaire amène à quelques incohérences au vu des résultats en 2017.

Une matrice de matchup est un outil utile mais qui donne des résultats assez instables et parfois aberrants suivant les regroupements de decks que l'on fait. Un outil à utiliser donc toujours avec un esprit critique.